Le Sénat envisage de limiter l’auto-entrepreneur à 3 ans d’exercice

8 avril 2010

senat-auto-entrepreneur-3-ans.jpgMalgré le succès, le régime de l’auto-entrepreneur subit ces dernières semaines de nombreuses critiques. Premièrement, et elles ne sont pas nouvelles, celles d’une concurrence déloyale de la part du monde artisan. Mais aussi de la part de certains sénateurs : le régime inciterait les auto-entrepreneurs à ne pas déclarer la totalité de leur chiffre d’affaires… Philippe Marini, rapporteur général du budget a ainsi avancé qu’en l’absence de déclaration : « on ne sait pas s’il y a omission, absence réelle d’activité ou dissimulation. »

Deux mesures limitatives sont envisagées :

1. Une limite du régime à 3 ans d’exercice. À l’issue des trois ans, un « point serait fait ». (Pour les auto-entrepreneurs dont c’est l’activité principale, retraités, étudiants ou salariés complétant leurs revenus ne seraient pas concernés.)
2. L’obligation de déclarer les résultats de l’activité, même quand le CA est nul.

Aujourd’hui 8 avril, l’amendement limitant l’auto-entrepreneur à 3 ans est examiné au Sénat. A suivre donc !

9 outils pour partager et travailler à distance avec d’autres freelances ou membres de votre réseau

7 avril 2010

outils-web.gifVous les connaissez déjà certainement : Delicious, Flick’R, Bit.ly… mais savez-vous en faire des outils de travail collaboratif ? Place des réseaux vous propose un guide pour vous faciliter la tâche et si vous ne connaissez pas encore ces outils de quoi démarrer facilement.

D’ailleurs, vous animez une communauté ? Vous travaillez régulièrement en « team » et vous aimeriez tisser plus facilement des liens entre freelances ?
Découvrez sans tarder les conseils de Dominique Dufour créateur de la communauté Le Café des freelances : « Pour animer une communauté, il faut vouloir changer le monde… ou presque ! » Tout un programme !

Pour information : la dernière lettre spéciale animateurs de réseaux est parue hier. Découvrez de nombreux articles pour améliorer l’animation de votre club, groupement ou réseau.

Les agences d’intérim font leur entrée dans les services à la personne

2 avril 2010

Ils ne sont pas encore nombreux sur le marché. Seule l’enseigne Adecco a créé ses premières agences dédiées aux services à la personne (dix centres régionaux, 52 antennes). Mais, touchées par la crise, la plupart des enseignes se renseignent et ne négligent pas ce débouché. Les dirigeants de Randstad et Manpower se sont ainsi récemment déclarés prêts à se lancer si la législation était revue*. Une suggestion qui fait écho au sein du gouvernement.

Vers une révision de la législation en faveur des agences d’intérim

Le 15 mars dernier, le Ministère du Travail** a annoncé la possibilité d’une révision de la législation en cours. Jusqu’à présent les agences d’intérim ne pouvaient proposer que des remplacements de salariés en poste ou intervenir lors d’un accroissement soudain de l’activité. Cette révision de la législation pourrait donc considérablement changer la donne. À condition toutefois que ces agences, habituées à travailler pour des entreprises, sachent s’adapter au monde si particulier… des particuliers !

* Source : Le Figaro.fr

** Source : La tribune

2ème édition du Salon des services à la personne Méditerranée

1 avril 2010

Pour la seconde fois, Planète micro-entreprises organise un rendez-vous unique pour tous les acteurs des services à la personne de la région PACA les 2 et 3 juin, à Marseille. Le Salon des services à la personne Méditerranée se veut le lieu de rencontres privilégiées entre particuliers et professionnels du secteur mais également entre intervenants à domicile, demandeurs d’emplois et les créateurs ou dirigeants de structures de services à la personne, employeurs potentiels.

Organisé en partenariat avec la Chambre de Commerce et d’Industrie de Marseille Provence, la Préfecture des Bouches-du-Rhône et avec le soutien de l’Agence nationale des services à la personne, le Salon sera également pour les créateurs d’activité de services à la personne l’occasion de rencontrer de nombreux institutionnels.

Rendez-vous les 2 et 3 juin 2010, au Palais de la Bourse de Marseille.

> Entrée coupe file gratuite et informations pour exposer sur le site du Salon des services à la personne Méditerranée.

Mauvaise surprise pour de nombreux auto-entrepreneurs : le CA plafond varie selon la date de déclaration d’activité

26 mars 2010

picto-ae.gifBeaucoup d’auto-entrepreneurs s’étant déclarés courant 2009 ont été surpris d’apprendre par l’Urssaf qu’ils avaient dépassé le plafond de chiffre d’affaires ! Un courrier envoyé courant mars par leur Urssaf les invitant à basculer dans un régime plus classique.
Que s’est-il passé ? Tout simplement le plafond de chiffre d’affaires de chaque auto-entrepreneur est calculé par l’Urssaf au prorata des mois d’activité. Une règle dont il a été peu question dans toute la publicité faite pour le régime.

Exemple, un auto-entrepreneur s’inscrit en tant que conseil aux entreprises (plafond de 32 100 €) le 1er mars 2010 : il ne luireste donc que 306 jours pour exercer son activité en 2010. L’Urssaf recalcule le plafond de CA comme suit :

(32100 x 306) /365 = 26 911 €

À ce jour, il n’y pas de recours envisagé. Mais les auto-entrepreneurs ayant été contraint de changer de régime sont en train de se regrouper. Avant de vous lancer, faites le point sur le calcul du chiffre d’affaires plafond !

Professionnalisation des acteurs : un partenariat entre le Pôle emploi et l’ANSP

25 mars 2010

L’Agence nationale des services à la personne considérait déjà la Valorisation des acquis de l’expérience (VAE) comme voie de professionnalisation à privilégier. Elle poursuit son action en faveur de l’emploi dans les services à la personne en signant un partenariat avec Pôle emploi. Une collaboration visant à lever les obstacles à l’accès à la VAE.

Pour la mise en œuvre de ce dispositif pilote, trois régions ont été sélectionnées : PACA, Pays de la Loire et Limousin. Les candidats à la VAE dans les services à la personne y seront accompagnés individuellement tout au long de leur parcours de professionnalisation.

Tout le détail du partenariat Pôle Emploi et ANSP. >>


Nouveau business : comment obtenir des recommandations de vos propres clients ?

23 mars 2010

recommandation.pngVéritable Graal de tout entrepreneur, le bouche-à-oreille est un levier difficile à initier. Savez-vous poser les bonnes questions ? Trouver les mots justes pour que vos clients vous recommandent auprès de leurs relations ?
Dans la dernière lettre de Place des réseaux, un dossier complet vous guide dans cette étape délicate. Au hasard, un exemple d’habitude à bannir, les questions fermées du type : « Connaîtriez-vous des clients potentiels pour mes produits ? »…
Votre interlocuteur pourrait d’emblée vous répondre non ! Découvrez les phrases starters de réseauteurs avertis pour que vos clients parlent de vous !

À ne pas rater également ce mois-ci :
graphologie.png

> Que révèle votre écriture ?

19 écritures décryptées pour découvrir les indicateurs graphologiques qui trahissent votre personnalité… ou celle des autres !

> Réseaux sociaux virtuels : comment traiter les demandes de contact de parfaits inconnus ?

> 16 applications iPhone pro pour gagner du temps

La Cour des comptes critique le plan Borloo, les professionnels du secteur répliquent. Point sur la discussion

19 mars 2010

Publié en début d’année, le rapport annuel de la Cour des comptes n’a pas fait la part belle aux services à la personne. Le secteur, au vu de ses résultats, ne justifierait pas le montant de l’aide engagée par l’État : 720 millions d’euros (exonérations + subventions).

Désaccord quant au nombre d’emplois créés
La Cour des comptes dénonce « une base statistique incertaine » et une « conception anormalement extensive de la notion d’emplois créés« . Elle enregistrerait : 36 000 emplois pour 2006 et 39 000 pour 2008. Bien loin des 500 000 emplois annoncés à la création du plan Borloo. Par ailleurs le dispositif n’atteindrait pas les objectifs assignés au départ en favorisant les ménages les plus aisés…

Du côté des professionnels du secteur, on s’inquiète de telles déclarations. Maxime Aiach, Président de la FESP utilise un droit de réponse dans Le nouvel économiste (24/02/2010).
Certes le nombre d’emplois créés est en deçà des prévisions (312 000 emplois créés depuis 2004 – Source ANSP), mais c’est sans compter les cotisations versées à l’État par les entreprises de services à la personne : 958 millions d’euros.

Pour le fondateur du réseau de franchises Acadomia, qui avoue avoir versé 30 millions d’euros de cotisations à la sécurité sociale et autres caisses en 2009 (pour un CA de 120 millions), il faut aussi compter :

  • La nette amélioration des conditions de vie des bénéficiaires des services de proximité,
  • La diminution des coûts d’assurance chômage lié aux emplois créés,
  • Les économies liées à l’amélioration des conditions de vie des bénéficiaires. Par exemple l’économie d’un redoublement en cas d’accompagnement scolaire (entre 8 000 et 10 000 euros).

Et de conclure : « Aujourd’hui changer les règles du jeu alors qu’on commence à s’organiser serait suicidaire. Le recours une à une offre légale n’est pas encore totalement ancré dans les comportements. »

Bref, ce rapport de la Cour des comptes alancé une réflexion collective du modèle économique du secteur. Le Président de l’ANSP a ainsi évoqué la nécessité d’une évaluation. Un bilan pour améliorer l’efficacité globale du dispositif… Affaire à suivre donc.

Pour approfondir le sujet :
Rapport annuel 2010 de la Cour des comptes (à télécharger)

Réponse de Maxime Aiach, Président de la FESP (Le nouvel Économiste)

Réponse de Bercy et de l’Agence nationale des services à la personne (L’Usine Nouvelle)

Quelle est la solution de garde d’enfants la plus avantageuse pour vous ? Faites le test en ligne !

18 mars 2010

Chez la nounou ou à la crèche ? Ou peut-être une assistante maternelle à domicile… ? Le principal critère de choix entre ces différents modes de garde est bien souvent financier. Mais au vu des aides offertes (variables selon les modes de garde), il n’est pas toujours évident de s’y retrouver.

La Fepem (Fédération des Particuliers-Employeurs de France) met à votre disposition un simulateur des coûts associés à chaque mode de garde. Il vous suffit de remplir le formulaire en ligne pour obtenir une estimation calculée en fonction de votre département, de vos revenus et de votre durée de travail (à temps partiel ou non). De quoi vous guider dans ce choix essentiel !

Testez le simulateur de coûts >>

Retours en image, étape II

12 mars 2010

Laurent Wauquiez, secrétaire d’Etat chargé de l’emploi, Hervé Novelli, Secrétaire d’Etat aux petites et moyennes entreprises, Bruno Arbouet, Directeur Général de l’Agence nationale des services à la personne, Marie-Béatrice Levaux, Présidente de la FEPEM, Jacques Manardo, ancien Président de la FESP,
… les acteurs majeurs des services à la personne avaient leur mot à dire lors de la dernière édition du Salon des services à la personne. Même Nao, le petit robot était du débat !






Demandez votre invitation gratuite >Invitez vos proches >