Visitez la Maison Géante du Salon des services à la personne 2011

23 septembre 2011

maison_geante du salon des services a la personneChaque année en France, les accidents de la vie courante causent près de 20 000 morts, majoritairement des seniors et des enfants, soit 5 fois plus que sur la route. Pour sensibiliser les familles et prévenir au mieux ces accidents, le Salon des services à la personne 2011 vous propose de visiter la Maison Géante.

Fer à repasser, table, couverts… dans cette maison, les dimensions de chaque objet sont multipliées par 2 et le poids par 6. Transformé en enfant de 2 ans, vous pouvez alors identifier par vous-même les situations à risque du quotidien.  Une fois rentré chez vous, vous regarderez votre intérieur d’un nouvel œil !

> Plus d’informations sur la Maison Géante du Salon des services à la personne.

Co-animée par :

Services à la personne : l’importance de la marque

7 septembre 2011

Le secteur des services à la personne est encore un secteur neuf, qui malgré les efforts des différents acteurs et du gouvernement manque toujours de notoriété. De plus, il s’agit d’un secteur complètement polymorphe, où l’on retrouve des indépendants, des associations, des entreprises… De plus, une étude de notoriété a révélé que moins de 50% des personnes interrogés sont capables de citer spontanément des marques de services à la personne. En notoriété assistée, un peu plus de 50% des gens reconnaissent seulement 2 enseignes : Acadomia et l’ADMR.

Alors, comment se démarquer des concurrents ? Comment créer une marque forte, définir un plan stratégique de communication et mettre en place les outils de communication efficaces ?
Dans cette conférence en ligne sur le site du Salon des services à la personneFlorence Travers de Chezvous.com vous donne quelques pistes illustrées par des cas concrets et des témoignages de professionnels du secteur.

Qu’est ce que qu’une marque ?
Il s’agit d’un signe qui permet de distinguer vos services de ceux d’une autre entreprise. Il peut s’agit d’un mot, d’un patronyme, de lettre, de chiffre … qui seront ensuite déclinés sur un logo, sur l’intégralité de vos communications…

A quoi ca sert ?
Votre marque vous permettra de constituer puis de fidéliser une clientèle en indiquant l’origine de votre produit ou services. Il s’agit d’un vrai gage de confiance pour le consommateur. Dans les services à la personne, c’est d’autant plus important qu’il faut que l’attachement se fasse à la marque et non pas à l’intervenant(e). C’est la promesse faite au consommateur qu’il retrouvera la même qualité de services que celle qu’il a déjà connue.
De plus, d’un point de vue juridique, la marque et surtout son dépôt vous permettra de protéger votre entreprise et d’éviter qu’on vous copie.

Comment la faire émerger ?

1/ Les valeurs
Avant de travailler sur la forme, il faut travailler sur le fond. La base de la construction de votre marque, surtout dans les services à la personne, est de travailler sur vos valeurs. Ex : le sens du service, l’écologie, l’humanité…

2/Le positionnement
Une fois les valeurs définies, il faut penser au positionnement. Il existe couramment 2 axes :
- Votre concept répond à un nouveau type de demande et vous êtes novateur. Il faudra donc être très pédagogique, pour que les consommateurs soient séduit par votre offre tout en restant proche des codes du secteur des services à la personne.
- Vous proposez une variante d’un service déjà existant. Dans ce cas, il faudra privilégier une approche différenciatrice et adopter un nom original, avec des couleurs décalées pour réussir à vous démarquer.

3/ Les cibles
A qui s’adresse votre offre de services ? Qui sont vos futurs clients ? Vous ne pouvez pas vous adresser de la même manière à des femmes, à des seniors ou encore à des enfants… Définir votre cible vous permettra de modéliser l’environnement de votre marque et de faire ressortir des dénominateurs communs sur lesquels elle pourra se bâtir.

Pour en savoir plus, écoutez l’enregistrement complet de la conférence sur le site du Salon des services à la personne.

Autour de la communication dans les services à la personne :
Comment réussir votre bande-annonce.
La mort annoncée des sites web de marques….au profit des réseaux sociaux et blogs
Toutes les conférences pour développer votre activité de services à la personne.

Service à la personne : devenez particulier-employeur

13 juillet 2011

Garde d’enfant, soutien scolaire, auxiliaire de vie… Vous souhaitez bénéficier des services à la personne pour vous aider au quotidien ? Il existe pour cela deux solutions : faire appel à une structure prestataire de services à la personne ou devenir particulier employeur.

Dans cette conférence, Claire Richier, juriste à la FEPEM vous explique les avantages et obligations du statut de particulier-employeur.

Ecoutez l’enregistrement complet de la conférence sur le site du Salon des services à la personne.

Les avantages : 

1/ Le recrutement.
Vous êtes seul décideur de l’intervenant à domicile que vous allez recruter. En effet, même si vous décidez de passer par le biais d’une structure mandataire, qui se chargera des formalités de recrutement, le choix final ne dépend que de vous. Vous aurez également la possibilité de mettre en place une période d’essai, qui vous permettra d’établir une meilleure relation de confiance avec le salarié.

2/ La solution la moins coûteuse.
Devenir particulier-employeur est en effet moins onéreux que de faire appel à une structure prestataire de services à la personne.  

3/Les aides.
Les personnes qui optent pour l’emploi direct peuvent bénéficier de diverses aides financières et exonération qui permettront à nouveau de réduire le coût du service à domicile.

Les devoirs :


1/ Les conventions collectives.
En tant qu’employeur, vous vous devez de connaître et de mettre à disposition les 2 conventions collectives qui régissent l’emploi à domicile : la convention des salariés des particuliers-employeurs et la convention des assistantes maternelles.

2/Le salaire.
Afin de déterminer  le montant de rémunération que vous devez chaque mois à votre salarié, il faut au minima vous renseigner sur la valeur du SMIC mais également connaître le montant des salaires conventionnels, fixé par la FEPEM et les syndicats des salariés.

3/La déclaration.
Le Chèque emploi service universel vous permet de payer et de déclarer facilement votre salarié.

En savoir plus sur les services à la personne :
> Les services à la personne, c’est quoi exactement ? 
> Découvrez des structures prestataire de services à la personne
> Toutes les conférences audio du Salon des services à la personne 2010.

Exposez au Salon des services à la personne à partir de 299 euros*/**

24 juin 2011

Vous proposez des services aux particuliers ? Des solutions de développement aux structures prestataire de services ?

Le Salon des services à la personne vous propose de rencontrer de nouveaux prospects à un tarif étudié pour les associations et les petites entreprises !

 

 > Pour les structures de moins de 20 salariés : les Stands Alvéoles.
Pour seulement 399€ 299 € */**, exposez dans la Ruche du salon et bénéficiez de son dynamisme et de son trafic à un tarif adapté à votre budget.
* 299 € HT pour les entreprises et 299 € TTC pour les associations

> En savoir plus sur les Stands Alvéoles.

> Pour les budgets serrés : les Micro-Stands.
Pour 1 190 € 990 €HT **, exposez au cœur de l’espace d’exposition et profitez de la visibilité du salon pour augmenter la notoriété de votre offre auprès de votre cible.

> En savoir plus sur les Micro-Stands.

** Offre valable jusqu’au 02/09/2011

Les facteurs clés du « bien-vieillir »

20 juin 2011

En parallèle du débat sur le financement de la dépendance, le gouvernement s’inquiète également d’un autre aspect du vieillissement : le bien-être des personnes âgées. C’est dans ce cadre que Nora Berra, secrétaire d’État chargée de la Santé, a commandé un rapport intitulé « Bien-être et santé mentale : des atouts indispensables pour bien vieillir« .

Ce rapport précise les facteurs ayant une action positive sur le bien être et la santé mentale qui peuvent aider les personnes âgées à conserver et à optimiser leur autonomie :

• Conserver une bonne estime de soi
• Garder une identité positive
• Lutter contre l’isolement et la solitude
• Avoir le contrôle sur sa vie
• Savoir s’adapter

Pour en savoir plus, consulter le rapport « Bien-être et santé mentale : des atouts indispensables pour bien vieillir. »

Vers une deuxième journée de solidarité pour financer la dépendance ?

17 juin 2011

Malgré les polémiques soulevées en début de semaine à l’occasion du lundi de Pentecôte, Jean-Pierre Raffarin a récemment suggéré d’instaurer une deuxième journée de ce type, pour répondre aux problèmes de financement de la dépendance.
Déjà à l’origine de la première journée de solidarité, l’ancien Premier ministre estime qu’il s’agit de «la solution la plus simple» pour financer la dépendance.

Cette option avait d’ailleurs déjà été abordée dans un rapport du Sénat publié le mois de février, ainsi que dans les conclusions du groupe de travail animé par Bertrand Fragonard, rendues publiques en mai dernier.

Pour rappel du calendrier, les conclusions des groupes de travail ministériels sont attendues pour le 21 juin. Le président de la République devra ensuite  arbitrer en juillet sur les différentes pistes proposées.

Source : Le Figaro – article « Raffarin pour une seconde journée de solidarité. »

Les retraités pourraient participer au financement de la dépendance

10 juin 2011

Le rapport en préparation depuis plusieurs mois par le Conseil économique, social et environnemental sur le financement de la dépendance mentionne une possible hausse du taux de CSG (Cotisation Sociale Généralisée) sur les pensions de retraite. Le taux s’alignerait sur celui appliqué aux salaires (7,5 %) et pourrait passer à 6,6%.

Toutefois cette recommandation a déjà été écartée une première fois par le gouvernement. La remise du rapport par le Cese (Conseil économique, social et environnemental) sera l’occasion d’en débattre à nouveau.

Source : L’Express.

« L’ANSP, un outil partagé de R&D du secteur des services à la personne »

9 juin 2011

C’est le commentaire livré par le  nouveau Président de l’Agence Nationale des Services à la Personne, Olivier Wickers, à la suite du Conseil d’administration stratégique du 19 mai dernier. Objectifs de la rencontre : définir les 5 axes stratégiques de l’agence qui conduiront l’action de l’ANSP dans les mois et années à venir.

> Répondre aux problématiques du grand âge

> Lutter contre le chômage et élever les qualifications en tenant compte notamment de l’insertion des jeunes, le développement de l’alternance et de la VAE

> Contribuer à l’effort d’information permettant de rendre les services à la personne et leur accès plus lisible

> Mener une réflexion sur le modèles économique, la qualité et l’innovation

> Élaborer ou sélectionner des indicateurs robustes et fiables pour mesurer l’efficacité des politiques menées dans le secteur des services à la personne

Source : ANSP.

Connaissez-vous le Cesu préfinancé ?

3 juin 2011

Le Chèque emploi service universel préfinancé : qu’est ce que c’est ? A quoi ça sert ? Où se les procurer ?
Pour répondre à toutes vos questions sur le sujet, l’Agence national des services à la personne vient de mettre en ligne sur son site un film ludique et pédagogique pour tout comprendre du Cesu préfinancé.

Voir la vidéo «Le Cesu préfinancé en images

La Fédération des Particuliers-Employeurs prend part au débat sur la dépendance

1 juin 2011

Dans le cadre du débat sur la dépendance, la Fédération des Particuliers-Employeurs s’est interrogée sur les besoins des particuliers en perte d’autonomie et a réalisé, avec BVA, un sondage sur « Les Français et la dépendance ».

Il ressort de cette étude que, en cas de recours à un professionnel, 64% des Français opteraient pour le modèle du particulier-employeur.
De plus,  39% des répondants feraient appel à un organisme mandataire pour se faire accompagner tandis que 25% choisiraient de gérer seuls cette relation d’emploi.

« Au moment où le débat sur la dépendance s’engage, il est indispensable de replacer le mode d’accompagnement mandataire dans la réflexion des acteurs publics. Il faut donc revoir le modèle comme un ensemble de services répondant aux besoins des particuliers-employeurs en perte d’autonomie. » commente Marie-Béatrice Levaux, Présidente de la Fepem et membre du Conseil Économique, Social et Environnemental.

Source : Fepem








Demandez votre invitation gratuite >Invitez vos proches >