Petite enfance, la formation professionnelle : un engagement pour le monde de demain

La période actuelle est propice aux questionnements d’orientation ou de réorientation professionnelle. Être utile, pouvoir gérer ses horaires, passer plus de temps avec sa famille font partie des arguments qui reviennent souvent. Le monde de la petite enfance répond à beaucoup de ces critères, à condition de trouver le bon accompagnement au bon moment. Zoom sur les métiers de la petite enfance et sur la formation professionnelle qui leur est associée.

 

Pourquoi s’orienter vers les métiers de la petite enfance ?

1. L’opportunité d’être utile pour le monde de demain

Selon l’UNICEF, « les premières années de vie ont une incidence considérable sur l’avenir d’un enfant – sur son développement cérébral, sa santé, son bonheur, son aptitude à apprendre à l’école, son bien-être et même sur son niveau de rémunération une fois adulte.»
En un mot, « les premiers moments comptent ». Une alimentation saine, une stimulation adéquate et des soins adaptés sont essentiels pour développer le cerveau des bébés au cours des 1 000 premiers jours de vie. Cette période est également celle où se creusent beaucoup d’inégalités.

Travailler dans le monde de la petite enfance, c’est donc contribuer à plus d’égalité des chances, c’est donner à chaque enfant l’opportunité de développer son plein potentiel et c’est même, parfois, accompagner les parents dans l’apprentissage de la parentalité. Un rôle à la fois très valorisant et absolument indispensable pour la société.

2. Une filière aux débouchés multiples

Tellement indispensable que les offres d’emploi dans ce secteur sont pléthores. Le secteur recrute et offre des perspectives professionnelles variées – entre le travail en crèche, ou en micro-crèche, le travail d’assistante maternelle ou de garde d’enfants ou encore l’ouverture d’une structure et la gestion d’une franchise, il y en a pour tous les profils. Entrepreneur ? Heureux salarié ? Tourné vers les bébés ? Davantage intéressé par le préscolaire ? Surdiplômé ou en attente d’un diplôme ? Tous peuvent trouver leur place dans ce secteur.

3. La possibilité, parfois, de voir grandir ses enfants

De par ces opportunités, le secteur de la petite enfance permet à quiconque souhaite adapter son emploi du temps à sa vie familiale d’y parvenir. Le poste d’assistante maternelle permet par exemple de voir grandir ses enfants en même temps que l’on s’occupe de ceux des autres. Autre exemple : les gardes d’enfants, qui ont le choix de leur nombre d’heures et peuvent décider de ne travailler que quelques heures par semaine pour passer plus de temps en famille.

 

Pros de la petite enfance, pourquoi se former régulièrement ?

1. Un secteur encore sous-estimé

Un des écueils de la petite enfance, ce sont les salaires – un point sur lequel il est fondamental de travailler.
Pourquoi les salaires de la petite enfance demeurent relativement bas ? Ceci est notamment lié au fait que ce secteur n’exige pas toujours de diplôme particulier. D’où le rôle-clé de la formation : elle permet une évolution à la fois salariale et hiérarchique pour les pros de la petite enfance. Elle participe aussi à une professionnalisation du secteur.

2. Des formations pour valoriser sa profession et mettre l’enfant au premier plan

Or, qui dit professionnalisation dit meilleure reconnaissance professionnelle. Se former permet de suivre l’évolution des dernières techniques ou pratiques proposées pour le bien-être de l’enfant. C’est aussi s’approprier les meilleurs outils pour aider les enfants à grandir. Ainsi faisant, il devient plus facile d’exercer au quotidien son métier et de montrer aux parents son professionnalisme.

Se former est non seulement un droit individuel qui permet à tout à chacun d’évoluer professionnellement, de s’ouvrir des portes et de gravir des échelons mais c’est aussi une manière de revaloriser sa profession, de se sentir davantage reconnu et de gagner confiance en soi.

3. Des outils pour se former tout en travaillant

Se former ? Très bien, mais comment ? Encore une fois, se former est un droit et il est possible d’être remplacé pour ce faire (même pour les assistantes maternelles). Différents formats existent sont à la disposition des professionnels :

• Les formations en présentiel

Elles donnent la possibilité d’échanger en personne avec des professionnels du secteur. Petit bémol possible : la distance à parcourir ou la nécessité de trouver un arrangement pour assurer son remplacement professionnel.

• Les formations en visioconférence

Pas besoin de se déplacer. Des professionnels vous présentent des thématiques petite enfance en direct. Petit bémol possible : le format peut s’avérer moins dynamique que lors des formations classiques.

• Les applications de formation

Encore assez peu nombreuses sur le marché, elles proposent un apprentissage ludique et permettent de se former où et quand on le souhaite. Par ailleurs, certaines comportent des classes virtuelles qui permettent un accompagnement humain malgré la distance.

 

A propos de notre partenaire :

Edumiam est un organisme de formations, labellisé entreprise sociale et certifié Qualiopi – une double garantie qui assure une approche humaine et des formations qualitatives pour tous les apprenants.
Essentiellement digitaux, les parcours de formation Edumiam accompagnent les professionnels de la petite enfance dans leurs problématiques quotidiennes et les aident à développer le potentiel présent chez chaque enfant.

 



Laisser un commentaire pour : Petite enfance, la formation professionnelle : un engagement pour le monde de demain

Demandez votre invitation gratuite >Invitez vos proches >