Etat des lieux et attractivités des Métiers du Grand âge – 2020- 2024

Article rédigé par notre partenaire la FNAAF.

Les prises en charge seront plus qualifiées & plus diversifiées pour l’ensemble des publics en perte d’ autonomie.

+ 1, 387 million de personnes âgées en 2020, bénéficiaires de l’ APA

93 000 créations d’emplois entre 2020 et 2024

Près de 260 000 Professionnels devront être formés

sur la même période pour répondre aux postes proposés.

Près de 352 600 créations de postes d’Aides-Soignants et d’Accompagnants.

Ce n’est un secret pour personne : notre société bien pensante doit faire face aux nombreux défis liés à la prise en charge des personnes en pertes d’autonomie, de plus en plus nombreuses. Comment parvenir à surmonter la peur, l’indifférence, le déni, ou bien encore une forme «  d’autisme » persistants, observables, et par ailleurs, comment éduquer les populations, sur les aspects les plus dérangeants ou rebutants de ce sujet sociétal majeur ?.

L’aidance, le secours,  l’assistance, la bénévolence, l’empathie dirigée vers l’autre,  la performance, les compétences, la reconnaissance, la nouvelle attractivité de ces métiers  prennent tout leur sens, dans cette réflexion, d’autant que l’on ne peut éluder les points d’achoppements des rémunérations, de la pénibilité des conditions de travail. Ils devraient être mieux pris en compte et reconsidérés sous l’égide des différentes conventions collectives , autant qu’en appui des conditions contractuelles de travail de gré à gré avec un particulier, lorsqu’il s’agit de recours en accueil familial, qui régissent les différents modèles de prise en charge.

Le marché des emplois du secteur de l’aide à la Personne est en crise inavouée de vocations, faute de ne pas effectuer une sélection assez rigoureuse des candidats, de vérifications trop superficielles des aptitudes, des postures des candidats , de ne pouvoir proposer de former à des spécialités les intervenants, afin d’ accomplir ce travail de manière satisfaisante, plus empreinte d’humanité, plus technique, ou encore, faute de ne pouvoir compter sur un nombre suffisants de compétences de hauts niveaux, (développement prévisible des postes d’aides-soignants et de cadres),  sans avoir pu actualiser les grilles de salaires des intervenants, aux besoins de terrain, du marché, de les indexer sur le coût de la vie, de tenir compte des charges et des mobilités afférentes à l’exercice de ces professions, entre autres éléments factuels mis en exergue, que nous observons, qui ont été soulevés également par le rapport étayé de Madame Myriam El-KHOMRI, en octobre dernier.

Pourtant ce secteur professionnel est très prometteur, pourvoyeur d’emplois et devrait continuer à être florissant (200 000 postes à pourvoir sur les postes existants pour contrer le nombre massif de départs à la retraite ou pour trouver les remplaçants nécessaires).

Il conviendra de poser un regard plus compatissant, plus exigeant, plus avant-gardiste pour parvenir à un vrai changement. Hélas, dans un majorité de cas, il ne répond pas aux critères d’exemplarité et d’exigences que chaque usager est en droit d’attendre.

Fort heureusement, on peut entrevoir les balbutiements d’un nouvel élan, à travers l’émergence de certaines startup, qui décident de valoriser ces métiers en leur redonnant des attraits plus humains, en rémunérant mieux : l’espace-temps indispensable à la qualité d’une prise en charge est moins galvaudé, au profit d’une assistance optimisée plus adéquate, personnalisée et adaptable à la gestion des corollaires symptomatiques.

La FNAAF souhaite établir des passerelles avec le secteur de l’aide à la personne, avec l’activité de balluchonnage, qui se complètent harmonieusement, lorsqu’il s’agit de satisfaire le plus grand nombre d’usagers ou lorsqu’il permet à l’aidé, à la famille, à l’aidant ou à l’accueillant familial, de trouver des appuis fiables, pour assurer leur remplacement, ou pour faire face à un besoin de prise en charge de leur santé, ou encore pour pouvoir aborder des repos hebdomadaires, pour pouvoir gérer les relais en cas d’urgences, autant que l’on doit pouvoir compter sur la notion de répits indispensables, pour assumer sans faille, en toute sécurité,  les différentes et nombreuses demandes.

L’ambition de la FNAAF est de pouvoir contribuer à construire  les solutions d’accueils modernes et novateurs, adaptées à un large public, en perte d’autonomie.

 

Article rédigé par notre partenaire la FNAAF :

La Fédération Nationale des Aidants et Accueillants Familiaux a été créée initialement pour soutenir ses adhérents dans de nombreuses démarches juridiques et financières, et pour certains, les accompagner vers une professionnalisation de leur métier.

Retrouvez plus d’information sur https://fnaaf.org/



Laisser un commentaire pour : Etat des lieux et attractivités des Métiers du Grand âge – 2020- 2024

Demandez votre invitation gratuite >Invitez vos proches >